AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Journal de Malahel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Malahel

avatar

Nombre de messages : 22
Age : 32
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Journal de Malahel   20.12.07 9:19

Et voilà que la veille de repartir à l'aventure, Malahel a bien consentit à vous faire part de son journal. Réjouissez-vous, pauvres mortels !Razz
Citation :


Il n'est pas évident de savoir ou commencer quand on entrepend de tenir son journal. C'est pourtant ce à quoi moi, Malahel Regard-de-Glaçe, nécromancien elfe du Bois de Tarendar compte me tenir à partir d'aujourd'hui. A l'instant ou j'écris ses lignes, je me repose dans la demeure de mon maître, Bagdul le Ténébrant, un puissant nécromancien troll résidant dans l'infâme ville de Kratas. L'atmosphère qui règne en ce manoir me réconforte, moi qui suis hanté depuis quelques jours par des visions cauchemardesques, des visions d'horreur (notez le subtil jeu de mots), qui pourraient bien venir à bout de ma raison dans un avenir proche. Cruel destin pour un si jeune nécromancien, sans doute promis à un brillant avenir, n'est-ce pas ? Mais la limite entre le courage et l'inconscience m'est encore difficile à appréhender et ma trop grande curiosité m'a, une nouvelle fois, joué un mauvais tour. Qui pourrait bien être le dernier, j'en ai peur. Espérons que non. Cela dit, je m'égare, l'éventuel lecteur de mes mémoires ne doit pas savoir ce à quoi je fais référence ; commençons depuis le début, dans ce cas...

Après avoir quitté mon bois natal, je me suis dirigé vers la dangereuse ville de Kratas, ou le crime règne en maître, car je savais y trouver un nécromancien de grande réputation en la personne de Badgul le Ténébrant. En réalité, le trouver ne fut pas des plus difficiles, mais être accepté comme un de ses disciples fut plus délicat. Une fois face à lui, il m'a fallu lui prouver que j'étais digne de recevoir son enseignement, que j'étais un nécromancien des plus prometteurs, avec un énorme potentiel et qu'il serait fier d'avoir un disciple tel que moi. Des épreuves qu'il m'a imposées, aucune ne me fut insurmontable, et c'est avec brio que je réussissais jour après jour à lui montrer ma valeur, que je savais grande.

Aussi, il arriva un jour où, preuve étant faite que j'étais digne de recevoir l'enseignement de maître Bagdul, je m'appretais à recevoir ma première leçon lorsqu'une bande d'aventuriers, que le maître avait chargé d'une banale mission, revînt auprès de lui. A entendre la teneur des discussions, je compris vite que cette bande d'impotents avait failli dans son devoir et qu'ils revenaient bredouilles. Quel culot, pensais-je ! Mais visiblement ces aventuriers avaient plus de jugeotte que je ne l'imaginais, puisqu'ils proposèrent à mon maître un nouvel arrangement que celui-ci finit par accepter. Je passe sur les détails de cet arrangement, toujours est-il que, bon gré, mal gré, je fus contraint de me joindre à cette troupe. Sans doute une dernière façon de me juger pour maîre Bagdul, pensai-je.

C'est ainsi que j'entreprenais ma première quête, en compagnie de ce groupe, que j'appris assez vite à connnaître. On y trouvait là un Armurier obsidien du nom de Kalvin, une Maîtresse des animaux sylpheline prénommée Morrigane Griffes d'acier, un autre obsidien, mais cette fois un Guerrier répondant au nom de Granit -son géniteur ne devait pas être inspiré ce jour là-, et enfin une jeune humaine baptisée Amatar, qui m'a semblé avoir quelques dons pour la magie. Mais je dois sans doute me tromper, ne l'ayant jamais réellement vue lancer un quelconque sort.

On notera ici que Malahel ne semble pas très érudit pour ce qui est de la nature et des moeurs des différentes races de Donneurs-de-Noms : les obsidiens n'ont pas à proprement parler de géniteurs, puisqu'ils naissent tous de Pierres-de-Vie, sortes d'oeufs de roche élémentaire hautement magique, et encore largement mystérieuse pour les autres races...- Mahar, archiviste et scribe elfe.

Nous voilà donc sur la route menant au Kaer abandonné de Kavalon, dans les Monts Tylon. Une route bien sinueuse, à travers des sentiers boueux que j'aurais préféré éviter si possible. Autant que je me souvienne, le voyage ne fut pas des plus désagréables, mes nouveaux « compagnons » se révélant beaucoup moins inintéressants que je ne l'avais pensé au premier abord. Mais voilà que nous arrivions en vue d'un village, très petit, très isolé, ou la plus luxueuse des demeures était celle disposant d'un toit en bois, au lieu de la paille couramment utilisée. Assurément un endroit ou je n'aime guère m'éterniser. L'accueil que nous fîmes les villageois fut néanmoins correct, sans doute en partie parce que l'oeuvre de broderie que je leur ai faite lors du rituel de bienvenue les a époustouflés -mais j'ai l'habitude-, et nous pûmes ainsi passé une assez bonne nuit, quoique réveillés par des hurlements de loups qui semblaient effrayer les villageois plus que nécessaire. D'ailleurs, leur chef nous a alors déconseillé de poursuivre notre route vers l'ancien Kaer, tout en nous indiquant la direction à suivre. J'ai néanmoins voulu en savoir plus sur ces loups, aussi tentai-je ma chance en entrant en communication avec une chauve-souris du coin -Duanra de son prénom- qui ne me fut pas d'une grande aide. Note pour plus tard : ne jamais trop en demander aux chauve-souris, leur perception de la réalité est bien trop différente de la nôtre.

La suite de notre périple nous ammena à passer la nuit auprès des ruines d'un ancien village situé sur un promontoire rocheux, dans le coeur des Monts tylon. Mais quelle nuit ! En effet, en pleine tempête, notre groupe, qui s'était regroupé sous la tente, entendit alors des hurlements : des loups nous encerclaient. Bien entendu il a fallu se défendre, et nous sommes alors sortis pour affronter le péril approchant. Par chance, ces loups qui semblaient menaçants au premier abord ne nous ont fait finalement plus de peur que mal. Nous les avons identifiés comme étant des loups des tempêtes, créatures magiques réputées pour leur hargne envers les Horreurs -braves bêtes !- et il semblerait qu'elles étaient dirigées par un être, homme, elfe, orc, ou je ne sais quoi. Nous n'en avons pas plus appris à ce sujet, mais nos craintes semblaient se confirmer : l'Horreur que le célèbre nécromancien Daganil et ses acolytes avaient combattu dans le Kaer de Kavalon y serait vraisemblablement encore enfermée.

Le lendemain, nous pûmes arriver dans ce Kaer abandonné, et passer les lourdes mais désactivées protections qui en barraient l'accès lors du Châtiment. L'intérieur du Kaer semblait effectivement vide et abandonné, mais en réalité des choses tapies dans les ombres guettaient. C'est ainsi que, au détour d'une ancienne ruelle, nous fûmes sauvagement attaqués
par une créature de type insectoïde, telle une mante religieuse, mais de plusieurs mètres de haut. Je fus d'ailleurs sérieusement touché au dos lors de cet affrontement, par une attaque sournoise de la dite créature. Fort heureusement mes sorts aidant, ainsi que la corde de l'adolescente qui s'est miraculeusement prise dans les pattes de la créature (hasard ou... ?), nos guerriers réussirent à en venir à bout.

Par la suite, ma mémoire est un peu confuse, le coup que j'ai reçu m'ayant désorienté, je suivais le groupe sans trop me préoccuper des alentours. Tout ce que dont je me souviens c'est que nous avons continué à explorer ce vieux kaer, dont certains endroits, comme la caverne-ferme hydroponique, étaient fortement corrompus, nous avons de nouveau affronté ses créatures insectoïdes, qui furent, j'en ai bien peur, à l'origine des êtres humains. Nous avons découvert la bibliothèque de ce grand nécromancien contenant des trésors de connaissance... ainsi que les plans de son fameux sarcophage. L'étude de ces plans nous laissa à penser que si ce sarcophage avait été à l'origine élaboré comme un sanctuaire, son concepteur avait, sur la fin, dû le changer pour en faire une prison. Cela n'était pas de bon augure... des mots griffonés à la hâte par le dernier survivant de Kavalon sur le registre municipal renforcèrent nos craintes.

Finalement, c'est dans l'ancien temple du Kaer, trônant au milieu de la salle que nous trouvâmes le sarcophage, avec à ses côtés les cadavres de ce qui semblait être le grand nécromancien et ses acolytes. Le sarcophage semblait irradié d'une corruption à peine retenue. Mais que diable contenait-il ?

Nous étions tous intimement persuadés que c'était l'Horreur qui s'était retrouvée dans ce sarcophage, mais quid de la fille qui devait originellement s'y trouver ? La question restant sans réponse, je me décidai, plus par curiosité et insousciance que par courage, à employer un de mes plus dangereux sorts sur le cadavre du maiîre nécromancien afn de revivre les derniers instants de son existence.

J'ai bien failli y laisser la vie, et la raison... voire les deux.

Ce que j'ai vu et ressenti n'est pas décrivable par des mots, et cette expérience est à la fois trop réçente et douloureuse pour vouloir me souvenir des détails. L'opération m'a d'ailleurs rendu muet et proscrit durant plusieurs jours...

Tout ce que j'ai appris, et ce fut bien là une chose horrible à ressentir, c'est que ce nécromancien avait dû, pour enfermer l'Horreur dans ce sarcophage, se servir de sa fille, qu'il aimait plus que tout au monde, comme appât. La pauvre doit toujours s'y trouver, maintenue en vie par l'Horreur et subissant mille tourments, pour l'éternité. Ce fut un déchirement pour Daganil, mais il n'avait guère le choix...

Aujourd'hui, mes nuits sont troublées, de terribles cauchemars les hantent. Je dois faire quelque chose pour cette enfant, il le faut. Ne serait-ce que pour le salut de mon âme et la tranquillité de mon esprit. Soit vaincre cette Horreur et délivrer cette jeune enfant... soit les tuer toutes les deux. La mort vaut mieux qu'une éternité de souffrances. Mais l'opération est plus que délicate, et seul je n'aurai jamais la force d'accomplir cet acte. Le temps presse cependant, il presse pour moi qui ne peux supporter de rester là à ne rien faire pendant qu'une innoncente subit un tel supplice.

Je vais en parler à maitre Bagdul...

Par contre Malahel est navré que la mise en page soit si mauvaise.
Edité et remis en page par Mahar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malahel

avatar

Nombre de messages : 22
Age : 32
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Journal de Malahel   12.08.08 13:36

Et nous revoilà partis à l'aventure, en pleine direction du territoire Theran ! Avec pour mission de délivrer un message secret à des opposants au régime théran, sous couvert d'un voyage à visée commercial.

Après avoir rencontré un T'Skrang au nom imprononcable (comme ses congénaires) qui nous sert à présent de guide, nous avons convint de l'itinéraire à suivre, itinéraire qui nous fera faire un assez grand détour mais nous évitera bien des danges.

Le voyage commenca donc à bord d'un bateau T'Skrang à bord duquel les deux obsidiens ne semblaient pas à l'aise. Vu leur poids, et leur incapacité certaine à nager, je ne peux que les comprendre.

Après avoir quitté la voie fluviale, nous avons suivi un chemin rocailleux, ou la monotonie nous guettait, tout juste troublé par l'arrêt réclamé par Kalvin, désireux de trouver des matériaux élémentaires. Un jour à patienter...

Et nous voilà arrivé à la cité de Drenzel ou régnait une agitation certaine. Deux cents orcs réclamaient la libération d'une des leurs, une certaine Kratis Gron, qu'ils disaient avoir été enfermé par erreur.

In progress...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Journal de Malahel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Journal de Hermione Blake
» Journal d'un archéologue [PV]
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)
» Who Cares About Haiti? From Wall St journal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CAMPAGNE DES NAINS DES FORGES :: Journaux et agenda :: Journaux des aventuriers-
Sauter vers: